Search

Deux clés pour moins crier sur ses enfants

Updated: Sep 28

La tension monde, l’énervement tenaille, le cœur s’agace, les enfants s’agitent… Attention, l’orage arrive et risque d’éclater ! La situation n’est pas nouvelle et pourtant, comme cela vous agace !! Encore et encore la même bataille… Alors, c'est l'été, profitez-en : aujourd’hui, qu’allez-vous faire ?


Tout d’abord : faisons le point : Qu’est-ce qui vous agace vraiment, pourquoi êtes-vous énervée ? Qu’est-ce qui se passe ? Que vos enfants n’aillent pas faire leurs devoirs, ou plutôt fondamentalement le fait qu’ils ne vous écoutent pas à ce moment ? Que le linge ne soit pas dans le panier, ou plutôt que vous trouviez qu’ils ne vous respectent pas en négligeant cette règle ?


Si vous regardez la situation comme un ami qui vient d’entrer dans la pièce, que voyez-vous ? Qu’est-ce que cette situation déclenche chez vous ?

Et maintenant, que voulez-vous préserver dans votre relation avec vos enfants ? Quelle relation voudriez-vous avoir avec eux ?


Si vous avez souffert de violence (verbale ou physique) étant petite, vous risquez d’exploser en étant témoin de cette même souffrance sur l’un de vos enfants.

Si vous avez eu le sentiment de ne pas avoir votre espace quand vous étiez plus jeune, vous serez peut-être très sensible sur la question du partage.


L’intérêt de comprendre le déclencheur chez vous est de trouver les meilleures solutions à votre problème, ce blocage auquel vous êtes confrontée là maintenant. Parlons donc de deux clés :


1- Apprenez à développer votre confiance en vous


Une petite voix murmure-t-elle que vous ne faites pas assez bien ? Que vous êtes débordée ? Que la maison n’est pas aussi belle que celle de la voisine ou que vos enfants ne sont pas aussi sages que ceux de la copine ?


Pourtant pourquoi ces questions ? A qui devez-vous prouvez quelque chose ? Quelle est la motivation profonde de ce sentiment de décalage ? Avez-vous besoin de consoler l’enfant qui grince encore des dents au-dedans de vous ?


Prenez soin de vous, en acceptant vos limites. Vous pourrez apporter beaucoup plus de tendresse à vos enfants. Votre exemple les aidera à grandir avec leurs propres faiblesses, ils se sauront aimés quoiqu’il arrive. Comme en cas de dépressurisation de l’avion : mettez d’abord votre masque à oxygène avant d’installer celui de vos enfants !


Quel meilleur remède à ce besoin d’exister, d’appartenir, d’avoir de la valeur, que la confiance en soi ? Je ne parle pas d’un vide sentiment d’être superwoman ou de faire bien, voire – l’effet serait encore pire ! – de faire mieux que les autres. Je parle ici d’accepter d’être comme on est et d’avoir confiance que vous êtes la meilleure maman dont vos enfants puissent rêver. Bien sûr il vous faut travailler à donner le meilleur de vous-même, mais il ne faut pas tomber dans le désespoir de ses propres défauts. Ayez confiance en vous, vous avez toutes les ressources nécessaires pour avancer sur un chemin joyeux et vivre dans un quotidien apaisé.


2- Stop au perfectionnisme


Ne fuyez pas ce qui vous agace mais remontez vos manches pour régler le problème. Sinon gare à l’effet cocotte-minute… Il s’agit donc de trouver une solution et de contourner l’obstacle ou réussir à sauter la haie sans encombre. Pour cela, règle d’or, abandonnez le perfectionnisme. La perfection est un rêve inatteignable qui vous décourage vous autant que vos enfants. Pourquoi être parfaite ? Une petite touche d’orgueil se cache là dessous. Je le dis sans aucun jugement, cela est valable pour chacune de nous, moi la première !!


Armez-vous donc de patience et de douceur, arrêtez d’idéaliser. Si vous regardez votre enfants et votre famille avec un regard juste, vous pouvez appréciez les qualités de chacun… sans désespérer des défauts. Nous en avons toutes. Etre patiente ne veut pas dire fermer les yeux, ne rien dire, ne pas corriger les erreurs, mais cela veut dire corriger avec amour.


Ecoutez votre façon de demander quelque chose à vos enfants, vous saurez vite si vous êtes côté patience ou côté colère. Si vous êtes côté colère, souvenez-vous que votre enfant est une personne à part entière : plutôt que d’imposer, inviter à trouver une solution valable pour tout le monde. C’est un entrainement certes, cela vous demandera du temps au début, mais c’est un apprentissage qui fait des merveilles sur le long terme. Plus vous pratiquez, plus vous et vos enfants serez capables de trouver des solutions adéquates et rapidement, vous n’aurez même plus le sentiment de batailler, vous serez simplement dans la discussion. Ca vaut le coup, non ?


#radianceparenting #cris #colère #perfectionnisme #paix #confiance #joie

40 views0 comments